Mimesis : littérature et représentation

Responsables : Hélène Baby, Jean-Pierre Triffaux

Le thème «Mimésis : littérature et représentation» se propose de mobiliser surtout la littérature et le théâtre, dans la mesure où l’art dramatique engage une catégorie spécifique de l’imitation, que Platon oppose à la diégésis. Il s’agit donc de réfléchir principalement aux rapports entre le texte et sa mise en œuvre ainsi qu’aux questions génériques qu’ils suscitent, en s’appuyant sur l’histoire des pratiques et des formes théâtrales.
Et, plus généralement, dans la mesure où la mimésis aristotélicienne recouvre deux modes de la représentation du monde, l’épique et le dramatique, et que la forme littéraire est ce medium qui permet cette transmodalisation, le thème I s’intéresse à la «complexité du vivant» que l’activité littéraire et artistique permet de façonner. Car la littérature est, d'une façon générale, «imitation» (mimèsis), par quoi il faut entendre non un simple décalque de la réalité, mais une sorte de re-création de cet « acte » (énergeia) qui constitue la vie.
« La vraie vie c’est la littérature » écrivait Proust. Dans le cadre de l’épistémologie contemporaine et de la transdisciplinarité, le thème I du CTEL explore la littérature comme une re-présentation (voire une contre-représentation) qui génère de la réalité, recrée à sa façon du «vivant» à travers la création, la réalisation et la production artistiques, leurs pratiques, leurs oeuvres, leurs ambiances. L’investigation est à la fois historique, théorique et pratique.